Qui sommes-nous

Le CPCV

Le CPCV Est est un organisme de formation continue et d’éducation permanente, sous statut associatif (droit local d’Alsace Moselle). Aujourd’hui CPCV signifie Coordination pour Promouvoir Compétences et Volontariat.

Ses financements résultent exclusivement des contrats et conventions de formation qu’il obtient pour les prestations qu’il propose.

Les orientations dans lesquelles s’inscrivent ses activités sont fixées par un conseil d’administration constitué de bénévoles, et contrôle la bonne gestion et le bon fonctionnement des activités développées par l’équipe de salariés. Le CPCV Est compte une quinzaine de salariés permanents et une trentaine d’intervenants ponctuels.

Le CPCV Est est membre d’une Union des CPCV regroupant plusieurs autres CPCV. Il est membre également de l’Union régionale des Organismes de Formation (UROF) Grand Est, qui rassemble des organismes de formation qui se reconnaissent dans les objectifs et les valeurs de l’Economie Sociale et Solidaire.

Il a son siège au début du quartier du Neuhof, au sud de Strasbourg et il a une annexe à Schiltigheim. Ses prestations se font essentiellement sur le Bas-Rhin et dans une mesure moindre dans les départements limitrophes.

Ses domaines d’intervention

Le CPCV Est intervient dans 3 domaines :

1. L’ANIMATION et L’EDUCATION POPULAIRE

    1. Formation d’animation volontaire :
      • BAFA (Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateur)
      • BAFD (Brevet d’Aptitude aux Fonctions de Directeur)
    2. Formation qualifiante d’animateurs·rices :
      • BPJEPS (Brevet professionnel Jeunesse Education populaire), Loisirs Tous Publics, options « Animation Périscolaire » et « Animation Jeunes »
      • CPJEPS (Certificat professionnel Jeunesse Education populaire) animateur d’activités et de la vie quotidienne
    3. Formation continue en direction d’animateurs et directeurs d’accueil de loisirs (gestion de conflits, dynamique de groupe, coopération, communica­tion non-violente, écocitoyenneté, analyse des pra­tiques…).

2. FORMATIONS PREMIERES POUR L’EMPLOI

    1. Formation au Français Langue Etrangère, pouvant avoir une visée professionnelle, pour les personnes dont le français n’est pas la langue courante.
    2. Formation aux Connaissances et Compétences du Socle commun professionnel, pouvant déboucher sur une certification (CléA) attestant la maîtrise de ce socle commun : formation globale pour l’ensemble des 7 domaines ou ciblées sur tel domaine du référentiel CléA.
    3. Formations continues d’adaptation au poste de travail

3. Démarches d’insertion professionnelle

    1. Formations collectives à la définition de perspectives professionnelles et aux démarches de recherche d’emploi
    2. Accompagnement individuel à un processus d’insertion professionnelle.

L'histoire de l’association

Le CPCV Est a réellement développé ses activités d’organisme de formation au cours des années 80, en élargissant son champ initial de formation d’animateurs bénévoles (BAFA-BAFFD), à des formations d’animateurs professionnels (notamment en périscolaires).

À la même période ont été menées des actions en direction de jeunes et d’adultes pas ou peu qualifiés : actions de lutte contre l’illettrisme, ou de français langue étrangère, acquisition des compétences premières nécessaires pour exercer n’importe quel emploi. Aujourd’hui de telles formations peuvent permettre d’obtenir une certification nationale : le CléA.

Parallèlement le CPCV Est a exercé une fonction de conseil pour les personnes qui se trouvent éloignées de l’emploi et qui ont besoin d’être aidées pour trouver des perspectives professionnelle, pour construire un projet et surmonter les difficultés qu’elles rencontrent à trouver une place où elles soient reconnues dans la société.

Au départ, une action de quartier, à Paris pendant la guerre

Les origines du CPCV Est remontent à la période de la Résistance à l’Occupation. Depuis lors, il s’est transformé : l’action bénévole d’hier fondée sur des convictions sociales protestantes a évolué vers des activités de formation assurées par des salariés. Ces formations préparent toujours aux fonctions d’animateurs, mais elles se sont aussi élargies à l’insertion professionnelle dans d’autres métiers.

Le pasteur Jean Jousselin, responsable de la « Maison Verte », une institution protestante installée dans le 18e arrondissement de Paris, assure un accueil et des activités pour les personnes âgées et les enfants. En 1943, devant les menaces qui pèsent de plus en plus sur leur existence, des familles juives demandent au pasteur de monter un séjour de vacances pour leurs enfants. Ainsi en juin, une première colonie de vacances est organisée au château de Cappy dans l’Oise. Les risques croissant sur Paris, il est décidé que les enfants ne retournent pas chez eux à l’issue du séjour. Le centre de vacances devient un lieu permanent de refuge pour échapper à la déportation. Les enfants peuvent être scolarisés à l’école de la commune : Verberie. En 1944, au moment de la Libération, 137 jeunes et quelques juifs

À la Libération, Le Comité Protestant des Colonies de Vacances se constitue en association pour pérenniser son action en direction des milieux défavorisés : organisation de clubs, présence sur les lieux où se réunissent les enfants ; de là se constituent les Jeunes Equipes d’Education Populaire. Au cours de cette même période, le 22 février 1945, le CPCV est reconnu en tant que mouvement de jeunesse et d’éducation populaire.

L’association a fonctionné avec des équipes locales en diverses régions mais néanmoins de façon centralisée jusqu’en 1978, date à laquelle fut adopté le principe d’une union d’associations régionales autonomes.

L’équipe alsacienne s’était, pour des motifs liés au droit local, déclarée comme association dès 1951.

De l’éducation populaire à la formation et l’éducation permanentes

Le CPCV Est a réellement développé ses activités au cours des années 80 – son numéro de déclaration d’existence/d’activité lui est attribué le 13/06/1984 –, en commençant à réaliser des formations dans le cadre du dispositif du Crédit formation individualisé (1990-1992) puis du programme PAQUE (1992-1994).

À la même période ont été menées des actions en direction des adultes pas ou peu qualifiés (actions de lutte contre l’illettrisme, ou de français langue étrangère).

Ainsi, une très grande partie de l’activité du CPCV Est a été constituée par des actions proposées en réponse à des appels d’offres publics (DRFP puis DRTEFP, ANPE désormais Pôle Emploi, OFII, Conseil régional, Conseil général désormais départemental).

Un changement important est intervenu également dans le champ des formations à l’animation jeunesse. Les formations qui s’adressaient auparavant uniquement à de futurs animateurs ou responsables d’accueils de loisirs bénévoles, ont été élargies à des formations professionnelles pour des animateurs salariés. La première promotion préparant le BEATEP (Brevet d’État d’Animateur Technicien de l’Éducation Populaire) au CPCV Est, date de 1999.

Ce diplôme est ensuite devenu le BPJEPS (Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport), préparé désormais en apprentissage dans le cadre d’un CFA hors les murs regroupant plusieurs organismes de formation de l’animation et du sport (FORM’AS créé en 2007).

2010-2013 : gestion de crise

La grande dépendance économique du CPCV Est à l’égard des programmes publics de formation et les réorientations opérées de ces financements réduisant la part des formations pour les publics les plus éloignés de l’emploi ont eu pour effet de mettre en péril la survie du CPCV Est.

Le siège social (acquis en 1989) fut vendu, un plan social conduisit au licenciement de la moitié des salariés permanents. Des locaux furent loués pour accueillir le siège, d’autres pour assurer les formations ou pour recevoir les publics bénéficiaires d’accompagnements d’insertion.

De nouveaux statuts furent adoptés qui prirent acte de la sécularisation dans laquelle le CPCV Est s’était engagé. Il n’y a plus de référence confessionnelle dans les statuts comme dans la déclinaison de l’acronyme (CPCV = Coordination pour Promouvoir Compétence et Volontariat).

Aujourd’hui

L’un des axes du rebond recherché repose sur notre engagement à développer les formations permettant aux publics que nous accompagnons depuis des années d’obtenir le CléA. Nous avons pour cela pu obtenir l’habilitation du COPANEF (aujourd’hui Certif’Pro) à travers notre appartenance au réseau des UROF.

Nous misons aussi sur un élargissement de notre audience en matière de formation à l’animation (volontaire et professionnelle), en proposant des formations au CPJEPS et des préparations aux métiers de l’animation.

De même nous avons pu développer notablement nos interventions en matière d’accompagnement.

Le CPCV Est a pu s’installer en 2016 dans des locaux mieux adaptés, comportant aussi des salles de formation. Ce site présente l’intérêt de se trouver à l’entrée d’un quartier QPV où l’offre de formation est réduite.

Le projet associatif du CPCV Est

Nos raisons d’être

Le CPCV Est se reconnaît comme une association d’Education populaire, considérant que l’animation culturelle et sociale ainsi que l’éducation tout au long de la vie constituent des enjeux majeurs du progrès social. Il partage cette ambition de créer les conditions pour que toute personne, sans exclusive et sans distinction de quel ordre que ce soit, ait la possibilité d’y avoir accès, que chacun ait part à une vie sociale collaborative où les échanges puissent être solidaires et désintéressés, permettant la reconnaissance mutuelle d’une égalité de dignité. Telle est l’utopie qui soutient le projet du CPCV Est.

L’engagement des hommes et des femmes à l’origine du CPCV, motivés par leurs convictions protestantes, s’est inscrit dans un contexte historique de désagrégation sociale et de racisme d’Etat, puis de reconstruction de la société d’après-guerre. Nous nous honorons de leur filiation et affirmons comme eux notre attachement à la tolérance vis-à-vis d’autrui et à une laïcité comme compétence de savoir-vivre, ainsi que notre engagement à contribuer aux transformations qui permettent la réduction des déterminismes sociaux ouvrant aux personnes l’accès à l’autonomie et à l’inclusion sociale.

Au CPCV-Est, nous voulons promouvoir, à travers nos actions, une culture de l’altérité, une dynamique d’ouverture et de curiosité à l’autre et au monde d’aujourd’hui. Convaincus que chaque personne, à tout moment de sa vie, est susceptible d’évoluer et de se former, nous entendons permettre à chacun de s’affirmer en sujet pouvant exercer sa liberté d’agir et la responsabilité de ses actes, ainsi que de s’engager vis-à-vis des autres par la contribution à des actions collectives.

Pour cela, nous portons la plus grande attention aux ressources et à l’inventivité de chaque personne, comme à l’application des principes de coopération et de démocratie permettant le respect et l’estime réciproque.

Notre projet

Les activités que mène aujourd’hui notre association ont pour finalité de développer les ressources des personnes à qui les aléas de la vie ont restreint l’appropriation des connaissances et compétences essentielles pour leur reconnaissance sociale et professionnelle : en permettant aux uns d’élaborer un projet professionnel , aux autres d’acquérir les compétences tant sociales que transversales à divers métiers, ou propres à une profession ; en leur permettant aussi de comprendre ce qui constitue l’environnement socioprofessionnel de l’exercice d’un métier…

Ces activités ont également pour finalité de former et de qualifier des personnes qui veulent s’engager dans une responsabilité d’animation éducative et sociale, que ce soit à titre professionnel ou dans des contributions bénévoles à la vie sociale.

Notre culture de la formation à l’animation nous rend particulièrement attentifs aux besoins de reconnaissance de toutes les personnes auxquelles nous apportons nos compétences. Notre travail avec celles qui sont confrontées à des manques de capacités limitant leur inclusion sociale nous conforte dans notre conviction de l’utilité sociale de former des médiateurs du lien social.

La conduite de nos activités se fonde sur une déontologie de la réassurance des personnes pour qui nous œuvrons, afin de leur donner accès à une reconnaissance de soi et de leurs capacités. Cela suppose une disposition constante d’accueil, d’écoute, de respect et de valorisation de leur histoire et de leur personnalité, cela nous oblige aussi à une attitude de soutien à l’engagement, dans leurs projets propres comme dans des actions collectives où ils trouvent la reconnaissance des autres.

La mise en œuvre de notre projet est effectuée par une équipe de professionnels salariés, avec l’appui de bénévoles. À ce titre le CPCV Est se reconnaît comme une association appartenant à l’économie sociale et solidaire, visant à ce titre à être reconnue comme un acteur économique remplissant une utilité sociale. Elle s’inscrit aussi dans le cadre de partenariats où le CPCV Est se trouve associé à d’autres structures pour la réalisation des actions à mener. Il y a donc une pluralité de parties prenantes concernées par la réussite de notre projet.

Ainsi y a-t-il une nécessité à ce que notre fonctionnement repose sur la consultation et la concertation collective, sur l’engagement de chacun, sur la libre expression et sur une réflexivité tant rétrospective que projective, autrement dit sur une participation démocratique incluant toutes les parties prenantes à notre projet associatif.

Adopté par le Conseil d’Administration du 20 janvier 2017

Nos partenaires

L’action du CPCV Est au service des politiques publiques

Le CPCV Est mène des actions de formation et assure des prestations pris en charge dans le cadre de politiques publiques de l’Etat (Agence nationale de cohésion des territoires), du Conseil régional Grand Est, du Conseil départemental du Bas-Rhin, de l’Eurométropole de Strasbourg, l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) notamment. Plusieurs opérations bénéficient du concours du Fonds social européen.

Le CPCV Est travaille en collaboration avec d’autres acteurs de la formation permanente et de l’éducation populaire